Journal de bord du séjour en Tunisie 2011

Publié le par Olivier Chaumeil

Journal de bord du séjour en Tunisie des apprentis méritants 2011

·         Samedi 15 octobre 2011

 

Les deux heures de retard sur le vol TU 283 Toulouse  - Tunis n’ont pas entamé la bonne humeur des douze apprentis méritants limousins levés en pleine nuit. Passée l’excitation du décollage (une première pour onze d’entre eux), l’émerveillement est là : la chaine Pyrénéenne, le vol au dessus des nuages qui laisse entre voire l’île de Majorque et l’étendu de la mer méditerranée pour finir par les terres aride de Tunisie.

 

L’atterrissage  en douceur et 2 heures et demi de bus plus tard, qui ont raison de certain d’entre nous, permettent enfin de découvrir le magnifique hôtel El Shems (Pro BTP) de Monastir. Voici le récit de leur première journée d’un séjour bien mérité !

 

Olivier Chaumeil : « Grâce au retard de l’avion, on a pu regarder la demi finale (France – Pays de Galles) entièrement. On est en finale !! »

 

François Dagiral : « Entre le décollage, l’atterrissage et quelques zones de turbulences le vols nous a procuré de bonnes sensations. »

 

 

·         Dimanche 16 octobre 2011

 

La matinée de transfert vers le sud tunisien nous fait traverser les plantations d’olivier et une grande plaine aride. C’est après le déjeuner à Kébili que nous partons en 4 × 4 direction Tozer. Nous roulons à travers le lac de sel ( Chott El Djerid) en longeant le sud de l’atlas. S’en suit la visite d’une briquèterie artisanale et de la palmeraie de Tozer (Eden Palm). La journée se termine par un plongeon dans la piscine un peu fraiche de l’hôtel Ramla. Anis, notre guide, est à nos petits soins.

 

Sébastien Gamot : « Il y a vraiment une grande différence entre les riches et les pauvres. D’un côté les hôtels luxueux et de l’autre la pauvreté dans les villes et les petits villages que l’on traverse. »

 

Pierre André Hélier : « En discutant avec le guide et les chauffeurs, on se rend compte qu’ils viennent juste d’ouvrir les yeux sur le fait que Ben Ali était un dictateur. »

 

 

·         Lundi 17 octobre 2011

 

Ce matin direction Chébika, puis Midès, qui sont deux villages berbères adossés à l’atlas. Ils se sont implantés proche d’oasis de montagne. Ce sont des sources d’eau douce qui sorte de la roche et qui irrigue leur palmeraie. Malheureusement en 1969 un violant orage, qui dura 4 jours avec des pluies torrentielles, créa des éboulements et des glissements de terrains qui détruisit ces villages construit en pierre et en terre. Nous avons donc visité ces ruines et traversé les nouvelles villes construites un peu plus loin.

 

Ensuite nous sommes allés voir les grandes cascades de Tamerza, toujours dans les montagnes de l’atlas, où certains se sont baignés. Là, on a gouté une spécialité locale très appréciée par les berbères : une galette fourrée à la tomate et aux épices (harissa, piment …) Aïe, Aïe, Aïe !! Douleur, bouche en feu, fou rire …

 

Puis départ pour Ongejamel qui ce trouve en plein désert et visite du village créé de toute pièce pour la réalisation du film « La Guerre des Etoiles » de George Lucas. Pour se faire nous avons traversé sur des pistes, un nouveau lac de sel où nous avons aperçu de nombreux mirages (très impressionnant) et de nombreuses dunes de sable (un régal).

 

Enfin, passage par Nefta et vu panoramique sur sa palmeraie : La corbeille de Nefta. Le retour à l’hôtel Ramla ayant eut lieu vers 15h, nous avons pu profiter de la piscine.

 

Alexandre Wallyn : « Le passage des dunes en 4 × 4 a été un moment magique. Pleins de sensations et fou rire lorsque l’autre 4 × 4 c’est ensablé. »

 

Clément Monzauge : « La galette des berbères, elle envoie du lourd. Et comme l’a dit le guide (Anis), arisa plus eau égal tourista.» « Nouvelle formule chimique a étudier en cours au CFA » Olivier.

 

Florent Beaudou : « Il fallait être motivé, voire fou pour se baigner sous les cascades. J’avais les lèvres bleues. »

 

 

·         Mardi 18 octobre 2011

 

Au réveil, nous avons tout d’abord souhaité un joyeux anniversaire à Benjamin Lachaux (21ans).

 

Nous partons ensuite vers l’Algérie où nous longeons la frontière plein sud pendant une cinquantaine de kilomètre afin de contourner le lac de sel Chott El Jérid (désert de sel). Après, nos apprentis méritants roulent à vive allure entre ce fameux lac et le nord du Grand Erg Oriental (désert de sable) où se trouvent les mines des Roses des Sables.

 

Une pause à Douz afin de visiter son Souk, puis nous revoilà partis vers Ksar Ghilaine qui se trouve à la porte du Sahara. Nous nous installons et déjeunons sous une tente typique de la région.

 

En début d’après midi, un plongeons dans une source d’eau chaude (37°) nous permet de nous détendre un peu, avant de partir pour une balade sportive en quad dans les dunes afin d’atteindre le Fort. Accélération, sables dans les yeux, freinage, virage serré et quelques petites frayeurs sont au rendez-vous. La promenade en dromadaire, à un rythme beaucoup plus lent, nous permet d’apprécier un splendide coucher de soleil sur les dunes ocres du Sahara.

 

C’est avec des images plein la tête que nous nous couchons vers 21 heures. Bonne nuit !

 

Kévin Brisset : « Après quelques centaines de mètres un peu difficile, je me suis vraiment fait plaisir pendant la ballade en quad. »

 

Benjamin Lachaux : « Ce magnifique couché de soleil sur les dunes de sable ocre du Sahara, c’est fantastique. Fêter mon anniversaire dans ces conditions, c’est le pied ! »

 

Damien Cauquil : « Faire du quad dans le Sahara, c’est le top ! De grand espace, libre de faire ce qu’on veut ; on met les gaz et on se fait plaisir. »

 

  

 

·         Mercredi 19 octobre 2011

 

Ha…, la nuit sous les tentes berbères ! Nous la qualifierons de fraîche, voire froide et même très froide pour certains d’entre nous, ce qui nous a bien changé comparé aux autres nuits. En revanche, ce qui ne change pas c’est le premier réveil typique des pays musulmans à 5 heures (appel à la prière), et le second par le téléphone portable à 6 heures pour un départ à 7. Que les nuits sont courtes !

 

Ce matin direction plein Est où nous traversons le troisième et dernier type de désert de Tunisie : le Reg (désert de pierre, montagne). Les paysages sont une nouvelle fois magnifiques. Il s’étend de Matmata jusqu’à la pointe sud de la Tunisie. Ce désert est le plus vieux géologiquement (environ 250 millions d’années) et les tunisiens ont trouvé des fossiles datant de 65 millions d’années.

 

Nous visitons ensuite Chenini de Tataouine qui est un village semi troglodyte encore habité par 150 familles adossé à la montagne. Nous poursuivons vers Ksar Haddada, cité ayant elle aussi servi pour le film « La Guerre des Etoiles ». Elle était un passage obligée pour les caravanes de Nomades (stockage de céréales, commerce de bêtes, trocs…).

 

Nous passons enfin à Toujene, un nouveau village semi troglodyte, qui possède un splendide panorama sur la grande vallée, et laissant entre voire l’île de Djerba.

 

L’arrivée à l’hôtel Diar El Barbar de Matmata en milieu d’après midi, nous permet un repos bien mérité. Les chambres sont sous la terre (hôtel troglodyte).

 

Benjamin Pfrimmer : « Cette nuit, je me suis gelé. Je ne pensais pas qu’il pouvait faire si chaud la journée, et si froid la nuit. »

 

Sébastien Tarnaud : « Après la visite de Chenini, je me demande de quoi vive les habitants ? »

 

Rémi Mazière : « La nuit dernière on dort sous une tente, presque à la belle étoile au milieu du désert, et ce soir on dort sous la terre ! »

 

 

 

·         Jeudi 20 octobre 2011

 

Dés le matin, nous visitons sur Matmata deux maisons troglodytes un peu particulières : l’une a servi pour le tournage de « La guerre des étoiles » (encore une fois), et l’autre est encore habitée et en très bon état ce qui lui vaut d’être sur toutes les cartes postal de la région.

 

Nos jeunes limousins remontent dans le minibus pour quelques kilomètres, et atteignent Gabès afin de visiter son marché aux épices et faire quelques achats au souk. Le déjeuner est pris à la sortis de la ville, sur le bord de la route, dans un village où les carcasses d’agneaux sont suspendues  devant les restaurants. Au menu c’est méchoui ! Les conditions d’hygiène ne sont pas parfaites, on mange avec les doigts, mais pour tout vous dire, on s’est régalé !!!

 

Nous continuons notre route vers le nord direction Monastir en longeant la mer. Après un passage à El Jem où nous apercevons son célèbre amphithéâtre romain, nous visitons la presque île de Mahdia son cimetière musulman, sa vieille ville.

 

Pour finir, nous profitons d’une heure dans le centre de Monastir et dans son souk afin de vers les derniers achats. Beaucoup de négociations, de fou rire, et quelques minutes plus tard on finalise les affaires !

 

L’arrivée à l’hôtel El Shems vers 16 heures nous permet de profiter de sa piscine couverte et chauffée.

 

 

 

·         Vendredi 21 octobre 2011

 

Journée à l’hôtel pour profiter de ces nombreuses activités. Le matin, le groupe est libre de faire ce qu’il veut : tennis, mini golf, tennis de table, pétanque, bateau à voile, tir à l’arc, baignade dans la mer (chaude), la piscine extérieure (fraiche), ou couverte (très chaude). Pour rien ne vous cacher, nous avons eu une pensée pour nos familles, collègues et amis en France après avoir pris connaissance des températures en limousin au lever du soleil. Tout cela bien sûr en étant en train de jouer dans la mer à 9 heures 30 du matin.

 

L’après midi, nous avons tout d’abord fait une sortie en quad à l’ouest de Monastir au milieu des plantations d’olivier et ensuite à nouveau profité des installations de l’hôtel. Il est à noter que de nombreux retraités du bâtiment présents à l’hôtel viennent nous parler, échanger, féliciter et approuvent la démarche de ce séjour pour les apprentis méritants.

 

S’en suit la préparation des valises puisque le départ d’El Shems est prévu à 4 heures du matin pour un décollage à 7 heures 55 avec Tunis Air. Arrivée à Toulouse vers 11 heures  (heures française)

 

 

 

·         Samedi 22 octobre 2011

 

On rentre à la maison. Réveil très matinal (3 heures) pour prendre la direction de l’aéroport de Tunis-Carthage. Le vol TU 282 s’est bien déroulé malgré 10 minutes de turbulences en arrivant sur Toulouse, ce qui a créé des émotions supplémentaires à tous les passagers. Les quelques heures en bus direction le limousins a permis pour certains de récupérer du sommeil, et pour d’autres d’échanger encore un peu autour d’un jeu de cartes, en se promettant de se revoir bientôt.

 

 

 

Après un petit calcul dans le bus, le bilan est le suivant :

 

En France :         Bus………….. 500 Kilomètres

 

Vol :                      Avion ……… 2 000 kilomètres

 

En Tunisie :         Bus …………. 400 kilomètres

 

                               Mini bus …. 860 Kilomètres

 

                               4 × 4 ……….. 1 140 Kilomètres

 

                               ________________________

 

Total        :         4 900 kilomètre en 8 jours

 

 

Trois déserts traversés : le Chott (désert de sel), le Erg (désert de sable), le Reg (désert de pierre)

Des images et des souvenirs plein la tête, de nouvelles connaissances, un partage avec les tunisiens et nos retraités du bâtiment français très à l’écoute et soutenant cette démarche.

 

 

L’ensemble des apprentis, qui ont eu un comportement irréprochable, tiennent à dire merci au Bâtiment CFA Limousin et aux deux CFA de Limoges et Tulle, ainsi bien sur qu’à leurs entreprises respectives.

 

 

Les apprentis méritants 2010 – 2011 : Sébastien Tarnaud, Damien Cauquil, Alexandre Wallyn, Sébastien Gamot, Florent Beaudou, Benjamin Pfrimmer, Pierre-André Hélier, Benjamin Lachaux, Clément Monzauge, Rémi Mazière, Kévin Brisset, François Dagiral

 

Publié dans apprentis méritants

Commenter cet article